Actualité

Brahim Tazaghart affirme qu’une plainte sera déposée contre le P/APC d’Annaba. KDirect – Actualité

ANNABA (KDirect) – Brahim Tazaghart, Editeur en langue  tamazight et militant politique, a décidé de se constituer partie civile dans une plainte qui sera déposée contre le P/APC d’Annaba qui a refusé d’inscrire un nouveau-né sous un prénom amazigh.

Selon le Journal Liberté,  Brahim Tazaghart assure que d’autres militants et avocats vont aussi se constituer à ses côtés pour défendre ce droit et faire appliquer la Constitution qui reconnaît tamazight comme  langue officielle. Pour rappel, la mairie d’Annaba a refusé de porter sur ses registres d’état civil le prénom Tanila (colombe en tamazight). 

Le père de la petite fille, Abdelmajid Labidi, a décidé, pour sa part, de porter l’affaire devant la justice pour que le prénom qu’il a choisi pour sa fille soit porté sur son livret de famille.​ 

Il faut croire que le cas n’est pas isolé. Plusieurs parents ont été spoliés, par des agents de l’état civil zélés, de leur droit de donner à leurs enfants des prénoms Amazighs. Souvent ce sont les prénoms berbères ou à connotation occidentale qui sont rejetés au motif qu’ils ne sont pas inclus dans une liste homologuée.

Pourtant, dans plusieurs communes de la capitale, à titre d’exemple, aucune restriction n’est imposée en la matière. Des prénoms comme Mikael, Mélanie, Lisa, Alicia… sont acceptés sans aucune forme de procès.  

 

La Rédaction 

Publicités

Catégories :Actualité, Algérie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s