Le caricaturiste Ghilas Aïnouche victime de la polémique suite à une caricature sur le 5 juillet en Algérie

Une simple caricature de Ghilas Aïnouche illustrant les manoeuvres et exhibitions militaires du 5 juillet dernier, durant lesquelles des parachutistes de l’armée algérienne, avaient brandit des portraits du Président Algérien, Abdelaziz Bouteflika, fait un tollé et provoque des polémiques depuis quelques jours.

Entre indignations, insultes et menaces, certains l’accuse même d’avoir porté atteinte à l’armée algérienne,  le jeune caricaturiste Kabyle ne comprend pas cet acharnement contre sa personne , surtout quand il s’agit juste d’un dessin, d’une simple caricature.

Ci-après la réaction du jeune caricaturiste Ghilas, suite aux polémiques : 

 « Quelle nouvelle ! Il paraît que l’un de mes dessins a créé une polémique. 
Ce dessin a fait combien de morts, de blessés ? Combien de nouveaux chômeurs nés à cause de cette caricature ? Combien de pays ont rompu leurs relations diplomatiques avec l’Algérie à cause d’une banale caricature ?…

La corruption, le 4e mandat, les problèmes de logement, le chômage, l’injustice, les inégalités sociales, la cherté de la vie, la dilapidation des richesses du pays, l’indépendance confisquée, les milliers de morts, de blessés, de disparus durant la décennie noire et le printemps noir … Pour certains, tout ça n’est rien devant ce dessin de rien du tout, fait par un misérable dessinateur au point de créer cette polémique. 

Franchement, là, ç’en est trop ! Le niveau intellectuel est tombé trop bas. C’est le résultat de l’école algérienne « sinistrée », du manque de culture et de l’ignorance. Un dessin est fait sans haine, juste pour rire de notre situation, au lieu d’en pleurer. Il est là pour dédramatiser les situations graves. 

Des donneurs de leçons veulent m’apprendre ce que veut dire le patriotisme et les symboles de la nation. Pour eux, l’armée est intouchable, le président est intouchable, les puissants sont intouchables, les terroristes sont intouchables. 

Les intégristes d’un côté, le pouvoir de l’autre. Waouh ! C’est cool d’être caricaturiste en Algérie ! 

Pour ceux qui ne savent pas encore, dessin de presse est communément appelé  » caricature « . Caricature vient de l’italien  » caricatura  » qui veut dire littéralement  » charge d’une façon exagérée  »

Le dessin est là pour capter l’essentiel de l’actualité, le résumer en quelque sorte mais avec humour. Le rôle de la caricature est, en dehors de commenter l’information, de faire rire ou sourire ceux qui ont un certain niveau intellectuel, le sens de l’humour et capable de lire au second degré. Comme elle fait aussi chier et énerver les dictateurs, les ignorants, les intégristes, les chyatines, les khobzistes et les béni-oui-oui. 

Je respecte profondément l’institution militaire en tant que telle, pour l’importance qu’elle représente dans notre pays. Ce que je respecte surtout dans l’armée ce sont nos soldats, les appelés, ceux qui font partie du peuple dont moi-même je fais partie ! 

À tous ces pseudos-patriotes brosseurs et lécheurs de Bouteflika, des généraux et des puissants du moment : je sais, vous aimez l’argent facile. Vous croyez qu’avec ça, vous aurez tous les privilèges : logements, voitures, primes … la belle vie, quoi ! Eh ben, détrompez-vous ! La crise est là, vous n’aurez rien du tout. C’est à cause des gens comme vous, les suiveurs et les béni-oui-oui, qui caressent dans le sens du poil, qui acceptent tout, qui ont essayé de plaire aux français pendant la guerre et au pouvoir en place après la guerre. C’est à cause des gens de votre espèce que la France est restée 132 ans en Algérie et ce pouvoir toujours en place depuis 62 à ce jour.

Moi, mon rôle est de dénoncer tout ce qui va de travers. Mon souhait est que mon pays soit parmi les meilleurs de ce monde.

Je ne suis pas là pour jeter des fleurs, d’autres journalistes sont faits pour ça. Je travaille en mon âme et conscience. Je fais partie du peuple, ce peuple qui est coincé entre le pouvoir dictatorial et l’intégrisme. Je me refuse d’être suiveur aveuglément, lèche-botte ! À bon entendeur, salut ! »

Ghilas Aïnouche 

Le caricaturiste Ghilas Aïnouche victime de la polémique suite à une caricature sur le 5 juillet en Algérie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s