A la une

Le Caricaturiste Kabyle Ghilas Aïnouche passé à tabac par la police algérienne à Aokas. KDirect.info 

AOKAS  (KDirect) — La police algérienne s’est déchaînée sur les personnes venus pour répondre à l’appel de la société civile d’Aokas afin de marcher pour la  liberté d’expression, parmi les victimes le caricaturiste Kabyle Ghilas Aïnouche.

Cela s’est déroulé aujourd’hui à Aokas, suite à l’appel de la société civile, afin de marcher pour dénoncer les interdictions des conférences en Kabylie, et particulièrement à Aokas.

Parmi les personnalités publiques qui ont répondu à l’appel, le caricaturiste Kabyle Ghilas Aïnouche, de renommée internationale.

Lors de cette intervention musclée, le caricaturiste Kabyle Ghilas Aïnouche a été victime de violences perpétrées par la police algérienne  « Je participais à une manifestation pour dénoncer l’interdiction d’une conférence sur la culture amazigh qui devait avoir lieu aujourd’hui à Aokas. Il s’agit de la sixième ou septième conférence du genre interdite dans la ville », raconte Aïnouche, qui indique que la marche s’est dirigée vers le centre culturel d’Aokas où de nombreux manifestants ont pénétré.

« La police a ensuite chargé les manifestants pour les pousser à quitter les lieux. C’est à ce moment-là que j’ai été pris à partie par des policiers qui m’ont isolé dans une pièce », affirme le caricaturiste. « Quatre policiers se sont jetés sur moi et m’ont roué de coups. J’ai été tabassé, insulté, craché dessus. L’un d’entre eux me criait dessus ‘’Dessine maintenant’’ », raconte-t-il.

Ghilas Aïnouche indique avoir reçu plusieurs coups de matraque sur le corps, notamment le dos et la colonne vertébrale, et explique que les violences n’ont cessé que lorsqu’un cinquième policier s’est interposé. « Je l’ai entendu dire à ses collègues ‘’ça suffit quand même, c’est trop’’ », se rappelle le dessinateur, qui indique s’être déplacé à l’hôpital pour des soins légers.

Il est à noter que le caricaturiste déposera une plainte contre les policiers qui l’ont violenté aujourd’hui à Aokas.

Il est à signaler que des affrontements ont éclatés entre les citoyens et les policiers algériens juste après l’empêchement de la conférence.

Voir la déclaration du Caricaturiste Ghilas Aïnouche

 

La Rédaction

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s