A la une

Saïd Chemakh : Non je ne suis pas un militant du RPK…  KDirect.info

TIZI-OUZOU  (KDirect) — Ayant participé au premier séminaire du RPK (Rassemblement  pour la Kabylie), qui se dit autonomiste, le Professeur Saïd Chemakh, apporte des précisions, que nous publions ci-après :

QUELQUES PRÉCISIONS IMPORTANTES.

Aux ami(e)s, collègues… qui se posent certaines questions
J’ai participé au Séminaire du RPK à l’invitation des militants de ce mouvement, de mon propre grès. Je ne suis pas militant du RPK mais je ne lésinerai pas à mettre mon savoir universitaire à son profit.

Tout comme je n’ai pas hésité à animer plusieurs conférences pour le MAK alors que je ne suis pas militant du MAK.

Je suis autonome dans mes décisions (autonomie individuelle (de la plateforme du FFS/1979)) !!!

Je ne me suis structuré dans aucun parti ou mouvement depuis mon départ du FFS en 1996, suite à la crise dite du « Groupe de Tizi ». J’en suis content d’être libre de tout engagement organique. J’ai pu travail avec beaucoup de personnes et de personnalités de camp démocratique.

Je travaille avec mon petit groupe dont font parti Said Khelil, Said Boukari, Ali Ait Djoudi…

Je reste attaché à l’autonomie linguistique et culturelle de la Kabylie telle que définie dans la Déclaration de 1998 co-signée avec de nombreuses personnalités kabyles et dont un des initiateurs est le Professeur Salem CHAKER.

Le MAK, le RPK ou d’autres organisations kabyles ont le DROIT d’exister et leurs membres ont le DROIT de s’exprimer, de se structurer. Pour ces droits, je les défendrai.

Je m’entends bien avec Ferhat et je n’ai aucun problème avec Said Sadi. Et ce ne serait pas moi qui vais les critiquer. Bien au contraire, je les respecte.

Je continuerai à travaillé pour Tamazight. Que ce soit le HCA, le CNPLET, les Directions de Culture, les Associations Amazighes; le MAK, le RPK, le RCD, les Moudajahidin… qui me sollicite, je répondrai. Les seules pour qui je n’animerai pas de conférences se sont les arabistes sectaires et les islamo-salafistes. Avec ces derniers, yekka wasif idammen [=une rivière de sang nous sépare] pour reprendre un terme du sage Cheikh Mohand Oulhousin.

 » C’est dans le sens de sa libération que mon peuple, et à travers lui les autres, ira … » disait Dda Mouloud Mammeri. J’en fait mien de cette citation, Et j’accompagnerai tout kabyle en particulier et amazigh en général qui chercherait à devenir libre de son avenir, comme je l’ai toujours fait.

 

Said Chemakh.

Publicités

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s