Actualité

Hassan Hattab : Je n’ai rien à voir avec la mort de Matoub et je suis prêt à affronter sa veuve devant un tribunal. 

ENQUÊTE  (KDirect) — Désigné comme commanditaire de l’assassinat de Lounes Matoub, Hassan Hattab l’ex Émir des GIA, 18 ans après, affirme qu’il n’à rien à voir dans la mort de Matoub et qu’il est prêt à affronter Nadia Matoub devant un tribunal. 

 

« Je n’ai rien à voir avec la mort de Matoub. Je suis prêt à affronter sa veuve devant un tribunal. » aurait affirmé l’ancien chef du Groupe islamiste armé (GIA) et fondateur du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), Hassan Hattab.

Selon le magazine « Jeune Afrique », qui rapporte ces déclarations dans un long article consacré à l’ancien chef terroriste et intitulé « Algérie : Hassan Hattab et la raison d’État », le fondateur et ancien émir du GSPC jouit d’une liberté totale actuellement, avec un casier judiciaire vierge et vit sur les hauteurs de la capitale Alger. « Son casier judiciaire est tout simplement vierge. Amnistié, Hattab vit désormais dans une cité sur les hauteurs d’Alger. Ses enfants sont scolarisés dans une école publique, et il circule librement sur le territoire national » écrit Jeune Afrique.

Concernant l’assassinat du chanteur Kabyle Lounès Matoub, tué dans une embuscade le 25 juin 1998 sur la route entre Tizi-Ouzou et Aït Douala, le même média affirme que la plainte déposée par la veuve du chanteur en 2016 contre le chef terroriste qui avait revendiqué le crime suit son cours. « Je n’ai rien à voir avec la mort de Matoub, affirme-t-il. Je suis prêt à affronter sa veuve devant un tribunal. » aurait ainsi déclaré l’ancien émir du GSPC à un ami qui l’interrogeait sur la question.

En juin 2016, son cas refait surface après la plainte pour « assassinat et tentative d’assassinat » déposée contre lui par la veuve du chanteur Matoub Lounès, abattu en juin 1998.

La plainte s’appuie sur un communiqué de Hattab dans lequel celui-ci revendiquait, cinq jours après les faits, l’exécution du chanteur. En raison du caractère hautement sensible de l’affaire, le dossier a été transmis à la chancellerie pour avis.

Depuis, la plainte suit son cours. À l’un de ses amis, qui l’interrogeait sur sa responsabilité présumée dans la mort de Matoub, Hattab répond qu’il a la conscience tranquille

Par ailleurs ce communiqué  n’a pas empêché les Kabyles de crier « Pouvoir assassin » et ne pas croire à la thèse islamiste.

La question qui reste posée aujourd’hui:

« Si le GIA et Hassan Hattab n’ont rien à voir dans la mort de Matoub, qui a revendiqué son assassinat à sa place, qui est derrière l’assassinat et pourquoi certains cercles politiques en Algérie, ont contribué à faire croire à cette thèse pendant des années » ?

 

 

Amnay. A

Source : http://www.jeuneafrique.com/mag/483553/politique/algerie-hassan-hattab-et-la-raison-detat/

Publicités

Catégories :Actualité

3 réponses »

  1. « À l’un de ses amis, qui l’interrogeait sur sa responsabilité présumée dans la mort de Matoub, Hattab répond qu’il a la conscience tranquille »
    Il faut avoir d’abord avoir une conscience, après on peut lui trouver un adjectif.

    J'aime

  2. Matoub comme Djaout et Mammeri ont été assassinés par le régime et ses services de sécurité. Le GIA est une création des services pour contrecarrer l’AIS, il a commit des crimes abominables et les ont fait supportés aux islamistes pour les discréditer sur les plans national et international. Les assassins de Matoub sont à chercher chez Toufik, Smain et Tartag.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s