Actualité

Le journal TSA préfère licencier Ghilas Aïnouche que de résister aux pressions du pouvoir algérien – K-DIRECT 

 

MÉDIAS  (KDirect) — Dans un communiqué publié sur sa page officielle, le caricaturiste Ghilas AÏNOUCHE, raconte la manière brutale dont TSA à procédé pour le licencier.

 

Ci-après le communiqué de Ghilas AÏNOUCHE dans son intégralité :

 

COMMUNIQUÉ

 

Je tiens à informer l’opinion publique que je viens d’être licencié sans aucun préavis, sans entretien préalable et sans motivations écrites et justifiées par le site TSA pour lequel je travaille en tant que dessinateur de presse depuis le 05 janvier 2014 et auquel je suis lié par un contrat à durée indéterminée (CDI) en tant que caricaturiste depuis cette date.

Dans un mail envoyé ce mercredi 29 novembre 2017, à 19 h 43, le directeur de rédaction de TSA, M. Hamid Guemache, m’informe que : « Suite à notre conversation téléphonique, nous te confirmons que nous avons décidé de mettre fin à ton contrat de collaborateur avec MTG Communication ».

Cette mise à l’écart brutale coïncide donc avec le retour de TSA, désormais accessible sur les réseaux Internet d’Algérie Télécom et Mobilis sur lesquels il faisait l’objet d’un blocage depuis le 5 octobre dernier, confirmant par là même que mes dessins étaient la seule et unique raison de la suspension informelle du site.

Cette décision confirme également que, malheureusement, les responsables de TSA ont choisi de céder au chantage opéré par des décideurs tapis dans l’ombre en négociant mon licenciement contre le déblocage du site.

Après le harcèlement judiciaire et policier contre la presse indépendante, après le chantage économique qui prive de publicité les titres qui ne veulent pas renoncer à leur indépendance et à leur liberté de ton,  voici venu le temps d’un autre chantage aussi abject que les autres.

Désormais, on peut obtenir la tête d’un journaliste, d’un chroniqueur ou d’un dessinateur qui n’est pas dans les bonnes grâces du pouvoir en faisant pression sur leurs employeurs afin qu’il le réduise au silence tout le poussant au chômage et à la précarité.

Au-delà de ma petite personne qui n’est qu’un petit maillon de cette chaîne de journalistes, syndicalistes, artistes, intellectuels, écrivains ou simples citoyens qui essaient de résister au rouleau compresseur d’un pouvoir aussi corrompu que liberticide, c’est la liberté de la presse qui vient de subir une énième attaque et qui est plus que jamais menacée en Algérie.

 

Ghilas AÏNOUCHE

K-DIRECT 974 NOV 2017 

Publicités

Catégories :Actualité, Algérie, Médias

6 réponses »

  1. Miantenant je vois pourquoi ce torchon de TSA est de nouveau accessible a travers l’internet en Algeristan. Le deal c’etait de mettre a la porte notre grand Ainouche! Pas de probleme il peut aller travailler en Europe comme Dilem!

    J'aime

  2. Si ce journal est de droit européen vous pouvez l’attaquer devant le prudhomme et obtenir des dédommagements pour licenciement abusif. Il s’est couché devant Mme Feraoun la ministre des postes et télécom qui agit pour ses donneurs d’ordre. Ce journal a supprimé la possibilité de commenter ses articles et à licencié le caricaturiste. Drôle d’indépendance, il n’a pas tenu longtemps, l’attrait de la mangeoire est irrésistible. C torchon est plus un panneau publicitaire qu’un journal. Des articles attrapes nigaud, pour vendre de l’espace. très peu pour moi. Les lecteurs feraient mieux de lire autre chose.

    J'aime

  3. Voila le racisme et l´antisémitique des batardes coiffeuses et les charlatannes ont protestée contre une race supérieure qu´eux mm ,
    il faut dévoiler cet acte par une diplomatie d´ éxcuse indirecte pour ce geste des batardes et ignares mais elles ont des budgets pour leur voyages vers l´islande mais ils ont pas un budget pour Tamazight .

    Les membres de la délégation algérienne des femmes parlementaires au Sommet mondial annuel des femmes leaders politiques (WPL) 2017 tenu en Islande ont quitté la salle au moment où la délégation israélienne allait prendre la parole.

    Par cette prise de position, la délégation algérienne, conduite par la vice-présidente de l’APN, Rafika Kasri, a voulu marquer son refus indiscutable de s’associer de quelque façon que ce soit à des représentants de cet Etat colonisateur qu’est Israël et exprimer, par-là même, le soutien indéfectible de l’Algérie au peuple palestinien qui ploie sous l’occupation israélienne.

    Ce geste s’ajoute à une série d’actions menées, collectivement ou individuellement, par des Algériens pour manifester leur refus de se voir cautionner, par leur présence, l’entité sioniste ou ceux qui la représentent. Plusieurs manifestations, notamment sportives, ont vu le retrait des représentants algériens en raison d’une participation israélienne. Cette persistance a même valu à un Algérien, en 2011, une menace du Comité olympique international d’exclure l’Algérie de toutes les compétions sportives après une série de refus d’athlètes algériens d’affronter des Israéliens.

    Ce geste de la délégation des femmes parlementaires algériennes est aussi un message à l’ensemble des pays arabes où la normalisation avec l’Etat hébreu tend à se banaliser, avec notamment les tractations de plus en plus assumées et enclenchées par le régime saoudien depuis quelques mois. Tractations qui se traduisent, sur le terrain, par des échanges de visites et une série de gestes à forte charge symbolique, comme la présence, inédite et provocatrice, d’un Israélien dans la mosquée du Prophète à Médine et celle d’une délégation de théologiens saoudiens dans une synagogue à Paris.

    Cette tendance à la normalisation au Moyen-Orient est néanmoins atténuée par des prises de position courageuses, bien que rares, de certains pays. Le geste héroïque du président du Sénat koweïtien, lors d’une conférence internationale, il y a un mois à Kiev, où il a réussi à faire sortir la délégation israélienne de la salle, risque de ne plus se renouveler.

    J'aime

  4. Cette tendance à la normalisation au Moyen-Orient est néanmoins atténuée par des prises de position courageuses, bien que rares, de certains pays. Le geste héroïque du président du Sénat koweïtien, lors d’une conférence internationale, il y a un mois à Kiev, où il a réussi à faire sortir la délégation israélienne de la salle, risque de ne plus se renouveler.

    Président du Sénat Koweitien époux d´une Algerienne d´origine Oranaise ( comme une information ) , le Koweit est bien infiltré par ces gitans ( Arabo-Indo)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s