Actualité

L’Anavad saisit les instances internationales sur l’affaire de l’artiste Kabyle Massinissa Benalioua – K-DIRECT

ANAVAD AQVAYLI UΣḌIL
GOUVERNEMENT PROVISOIRE KABYLE
PROVISIONAL GOVERNMENT OF KABYLIA
LA PRÉSIDENCE

VIOLATION DES DROITS HUMAINS EN ALGERIE
CONDAMNATION ARBITRAIRE DU MILITANT POLITIQUE
DU MAK-ANAVAD MASSINISSA BEN ALIOUA

L’artiste Massinissa Ben Alioua vient d’être condamné par un tribunal algérien à une année de prison ferme et 50 000 dinars d’amende suite à une accusation fallacieuse et sans aucun fondement, d’« apologie du terrorisme » (sic), suite à ses publications sur les réseaux sociaux contre le pouvoir algérien et ses alliés islamistes.

Le 29 novembre 2017, alors qu’il circulait tranquillement en voiture en direction de son village, le jeune militant du MAK-Anavad Massinissa Ben Alioua, artiste de théatre, originaire du village Lazib de la confédération/arch des At Yettura, Iferhounène, situé dans le département de Tizi Ouzou. a été contrôlé par les gendarmes coloniaux algériens qui lui ont confisqué sans aucune raison sa carte grise.

Le lendemain matin, comme convenu, il s’est présenté pour la récupérer. C’est à ce moment précis qu’il a été arrêté par les gendarmes coloniaux et conduit manu militari devant le Procureur de la république algérienne qui l’a placé sous mandat de dépôt, sous le coup d’une accusation mensongère et fallacieuse « d’apologie du terrorisme » (sic).

En date du 09 décembre 2017, le MAK-Anavad, par la plume de Madame la Ministre des Affaires juridiques et des Droits humains, a fermement condamné cette arrestation arbitraire, par un courrier adressé aux instances internationales et aux chancelleries, de façon à les informer sur les agissements du système policier algérien et du comportement raciste et de discrimination caractérisée du pouvoir colonial algérien à l’encontre du militant kabyle Massinissa Ben Alioua, l’homme de théâtre, admiratif du grand écrivain laïc Kateb Yacine.

Souvenons-nous, la comparaison vaut un détour, car lors de la plainte déposée par un autre militant du MAK-Anavad, Madjid Aggad, suite à son agression par le terroriste « repenti » algérien Kamel Chemli, le Procureur de Tuvireţ a classé l’affaire sans suite, protégeant ainsi le terroriste « repenti » . Lorsque les gendarmes coloniaux ont présenté le militant politique du MAK-Anavad et artiste, Massinissa Ben Alioua devant le Procureur de Tizi Ouzou, suite à une accusation fallacieuse et sans aucun fondement, il écope d’une année de prison ferme et 50 000 dinars d’amende !

Dans un courrier rendu public, l’un de ses cousins, Lezhar Bessadi, évoque aussi leur fréquentation commune de l’Eglise d’At Waεvan. Serait-ce cela le vrai motif de cet acharnement des forces de répression algériennes ?

Face à l’injustice du pouvoir colonial algérien, il y a lieu de faire des comparaisons et de rappeler que suite à la plainte déposée par le terroriste « repenti » algérien contre le militant kabyle Madjid Aggad, devant le tribunal de Tuvireţ, ce dernier a été innocenté. Donc la preuve est faite que les procureurs de la république algérienne sont aux ordres et agissent de concert avec les forces de la répression gendarmesque algérienne sur de fausses accusations.

Le MAK-Anavad n’ayant pas pour habitude d’abandonner ses militants, dans le cas de Massinissa Ben Alioua, après le premier communiqué, n’ayant pas eu de nouvelles informations, nous pensions qu’il a été pris en charge par de bons avocats.

Le jugement n’étant pas définitif, Massinissa Ben Alioua, peut faire appel de la décision et nous tenir informés du cours de son dossier que nous suivrons avec un grand intérêt.

Nous exigeons la libération immédiate du militant Massinissa Ben Alioua, injustement incarcéré et condamné !

Vivement l’indépendance de la Kabylie, seule à pouvoir protéger de tout abus les citoyens kabyles !

Une copie sera adressée :

Au Secrétaire Général de l’ONU
A la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme
La Ligue internationale des droits de l’Homme
La Ligue française pour la Défense des droits de l’Homme et du Citoyen
La Ligue algérienne des Droits de l’Homme

Exil, le 26/03/2018

Pour l’Anavad,

Madame Sakina At Sliman,
Ministre des Affaires juridiques et des Droits humains
Gouvernement Provisoire Kabyle

Source : SIWEL

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s